Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > En Focus

Les ondes gravitationnelles font la première lumière sur la fusion d’étoiles à neutrons

publié le , mis à jour le

Extrait du communiqué de presse du CNRS (16 octobre 2017 à 16 heures)

C’est une découverte majeure à plus d’un titre. Les scientifiques de la collaboration Ligo-Virgo (dont le CNRS est membre) ont observé pour la première fois des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux étoiles à neutrons, et non de deux trous noirs comme dans les cas précédents.

La fusion de deux étoiles à neutrons visualisée à la fois par l’émission d’ondes gravitationnelles (distorsions de l’espace-temps, à gauche) et de lumière qui révèle différentes couches de matière (à droite). © Karan Jani/Georgia Tech

Autre première : cette source d’ondes gravitationnelles émet de la lumière, observée dans les heures, jours et semaines qui suivirent grâce à la contribution de 70 autres observatoires sur Terre et dans l’espace.

Cet ensemble d’observations marque l’avènement d’une astronomie dite « multi-messagers ». Une moisson de résultats en est issue : d’une solution à l’énigme des sursauts gamma et à celle de l’origine des éléments chimiques les plus lourds – comme le plomb, l’or ou le platine –, en passant par l’étude des propriétés des étoiles à neutrons ou par une mesure indépendante de la vitesse d’expansion de l’Univers.

Une dizaine d’articles scientifiques publiés le 16 octobre 2017 détaillent ces différents aspects. Ils sont signés par de nombreux chercheurs de laboratoires du CNRS (plus de 200 pour l’une des publications), membres de la collaboration Ligo-Virgo ou de groupes d’astronomes partenaires.

- Lire le communiqué complet du CNRS
- Lire également le dossier de presse

Implication du LUPM, Laboratoire Univers et Particules de Montpellier

Des chercheurs du laboratoire ont participé à cette série inédite d’observations de par leur implication dans les expériences d’astronomie gamma H.E.S.S et Fermi-LAT, ainsi que dans l’une des équipes ayant caractérisé la kilonova qui a suivi la fusion des deux étoiles à neutrons.

Le laboratoire est également impliqué dans le projet de mission SVOM qui sera l’un des principaux acteurs de l’astronomie multi-messagers à partir de 2022.

- Voir l’article résumant l’ensemble des observations sur iop.org et arxiv.org
- Voir l’article de la Collaboration H.E.S.S
- Voir l’article de la Collaboration Fermi-LAT
- Voir les articles sur la caractérisation spectrale et polarimétrique de la kilonova