Nos tutelles

Nos partenaires

annuaire

aigle

Rechercher




Accueil > En Focus

Red Dots : La quête de planètes en orbite autour de Proxima du Centaure continue

par Julien Morin - publié le , mis à jour le

L’équipe qui a mené l’an dernier la campagne Pale Red Dot, aboutissant à la découverte de l’exoplanète la plus proche du système solaire, continue sa recherche d’exoplanètes semblables à la Terre en lançant aujourd’hui une nouvelle initiative. Avec la campagne Red Dots, l’équipe scrutera trois étoiles de notre voisinage stellaire à la recherche de nouvelles planètes : à Proxima du Centaure s’ajoutent l’étoile de Barnard et Ross 154. Autre nouveauté, l’équipe de Red Dots s’engage dans la démarche de la science ouverte : le public et la communauté scientifique auront accès en temps réel aux données observationnelles concernant Proxima du Centaure, tout au long de la campagne d’observations.

Le projet scientifique

L’équipe scientifique internationale impliquant le Laboratoire Univers et Particules de Montpellier (Université de Montpellier & CNRS) observera les trois étoiles naines rouges Proxima du Centaure, l’étoile de Barnard et Ross 154, pendant près de 90 nuits consécutives. S’appuyant la stratégie qui a mené au succès de la campagne Pale Red Dot, les données spectroscopiques seront acquises avec l’instrument HARPS de l’Observatoire Européen Austral (ESO) au Chili, et complétées par des observations photométriques provenant d’observatoires répartis sur le globe.

Les étoiles ciblées

Le système de Proxima, le plus proche du système solaire à seulement 4,2 années-lumières, apparaît désormais comme l’endroit le plus propice à la recherche de vie en dehors du système solaire. L’équipe cherchera à vérifier si, en plus de Proxima b, d’autres planètes peuplent ce système. Le système planétaire de Proxima s’avère d’autant plus intéressant qu’il pourrait être le premier à recevoir la visite des nano-sondes du projet Breakthrough Starshot.

Les deux autres étoiles qui seront observées lors de la campagne Red Dots sont deux étoiles naines rouges parmi les plus proches du système solaire : l’étoile de Barnard – qui a enflammé l’imagination des auteurs de science-fiction – et Ross 154, situées respectivement à près de 6 et 10 années-lumière.

Vue d’artiste d’un événement éruptif (« flare ») à la surface d’une étoile naine rouge. Le suivi photométrique permettra notamment d’identifier de tels événements afin d’améliorer l’interprétation des mesures vélocimétriques réalisées avec HARPS. Crédit : NASA/GSFC et SWIFT

Les nouvelles exoplanètes qui seraient découvertes lors de la campagne Red Dots pourraient constituer des cibles idéales pour le télescope géant E-ELT (European Extremely Large Telescope) actuellement en construction au Chili et qui entrera en service en 2024. Ce télescope pourrait en effet permettre d’observer directement certaines de ces planètes et de caractériser leurs atmosphères, une étape cruciale dans la quête de la vie au-delà du système solaire.

Red Dots : une expérience de science ouverte

Là où la campagne Pale Red Dot avait exposé les méthodes et les étapes de la démarche scientifique, Red Dots propose de partager les observations de Proxima du Centaure, de les analyser et les discuter quasiment en temps rééel [1]. Nous faisons également appel aux astronomes amateurs [2] pour contribuer aux observations photométriques qui seront utilisées dans notre analyse. L’équipe de la campagne Red Dots tiendra le public informé via le site web Red Dots, sur lequel des mises à jour hebdomadaires seront publiées, ainsi que des articles portant sur la recherche des exoplanètes. Les conversations se dérouleront également sur les réseaux sociaux avec la page Facebook Red Dots, et le compte Twitter Red Dots avec le hashtag #reddots.

Contact

Julien Morin, LUPM, CNRS & Université de Montpellier (julien.morin[-at-]umontpellier.fr)

Liens

  • Page web Red Dots
  • Annonce sur le site de l’ESO
  • Communiqué de l’AAVSO pour le suivi photométrique

[1Les observations et analyses présentées pendant la campagne seront préliminaires. L’équipe ne pourra annoncer les conclusion définitives de l’étude qu’après publication d’un article scientifique dans une revue à comité de lecture.

[2Voir le communiqué de l’AAVSO : https://www.aavso.org/aavso-alert-notice-583